Annonce de parution :
Depuis 1990, JP Louis publie chaque année une Année Céline toujours d’excellente facture comportant des documents rares, de la correspondance retrouvée, des études intéressantes. Le volume consacrée à l’année 2021 ne manque pas à cette règle, complétant une série de publications qui fournissent un fonds d’informations indispensables à tout chercheur célinien.
On peut se procurer le volume auprès des éditions du Lérot, 16140 Tusson, France (au prix de 40 €).
Vient de paraître :

 

Bastien Bertine

 

Céline Comix.

Louis-Ferdinand Céline et la bande dessinée

 

Presses Universitaires François Rabelais, 2021.
128 pages
35 €
Vient de paraître :

Frédéric Hardouin

 

Le cinéma dans Voyage au bout de la nuit de L.-F. Céline et autres objets périphériques

 
Sans nul doute, Voyage au bout de la nuit et l’un des romans les plus importants de la littérature du siècle dernier.Nombre d’études lui ont été consacrées, produites par des érudits, universitaires et passionnés.Or, dans ce foisonnement d’écrits, aucune d’entre elles
ne s’est intéressée à la dimension cinématographique du fameux roman de
Céline.L’objectif de cet ouvrage est de combler ce terrible
manque, en tentant d’identifier les sources émanant de la sphère du
cinéma, à travers les livres et les articles de l’époque, et les films
eux-mêmes.

Tel est donc l’enjeu de notre démarche : proposer une nouvelle lecture de Voyage au bout de la nuit, opérée sous le prisme du cinéma.

Diplômé en études cinématographiques, Frédéric Hardouin est l’auteur d’une monographie consacrée à Jacques Baratier, réalisateur méconnu de la Nouvelle vague (2005, éd. Nouveau Monde), et d’un essai sur les fameuses Histoire(s) du cinémade Jean-Luc Godard (2019, éd. L’Harmattan).
649 pages. Illustrations. Index.
Auto-édition. Impression : TheBookEdition (Lille).
ISBN : 978-2-9583333-0-0
40 €.

 

Vient de paraître :

 

Relire Voyage au bout de la nuit

 

Sous la direction de
Johanne Bénard, François-Emmanuël Boucher,
Régis Tettamanzi et Bernabé Wesley

 

 

 

Pour en savoir plus
« Quel génie dans cette femme ! Je n’aurais jamais rien été sans elle. […] Elle
comprenait tout avant qu’on ait dit un mot.. Elles sont rares les femmes qui ne
sont pas essentiellement vaches ou bonniches, alors elles sont sorcières et
fées. »
Si Céline avait une muse, aurait-elle pu s’appeler Elizabeth Craig ?
Dans cette réédition d’un entretien paru en 1988, Jean Monnier nous livre les
pensées intimes de la dédicataire de Voyage au bout de la nuit.
Préfacé par Pierre de Bonneville, cet ouvrage nous place au cœur de la vie
affective de Céline. À travers les yeux d’Elizabeth Craig, « l’Impératrice », le
lecteur découvre Céline sous un jour nouveau. La relation intime qu’ils
entretenaient, source d’inspiration immense pour l’écriture de Voyage au bout
de la nuit, a connu des hauts et des bas. La part d’ombre de l’écrivain,
consumé à petit feu par ses angoisses nées de la Grande Guerre, dont seule
Elizabeth Craig pouvait mesurer la portée, est plus que jamais exposée dans
cet ouvrage.

Entre la mort et la vie, les ténèbres et la lumière, Céline a produit l’œuvre de
sa vie, « ce moment capital de la nature humaine » dont on fête cette année
les quatre-vingt dix ans.
 
Le vendredi 3 juin, Jean Monnier dédicacera son livre,
de 17 heures à 19 heures, à la Nouvelle Librairie (11 rue de Médicis), en compagnie de
Marc Laudelout qui dédicacera son livre Céline à hue et à dia.

Pierre-Marie Miroux :

CÉLINE À HAZEBROUCK EN NOVEMBRE 1914

 
Au moment où paraît Guerre, le premier des manuscrits retrouvés de Céline à être édité, le secrétaire de la Société d’Études Céliniennes Pierre-Marie Miroux met à la disposition du plus grand nombre possible de lecteurs l’étude qu’il avait publiée en 2014 dans un livre intitulé Céline : Plein Nord, tiré seulement à 200 exemplaires à l’époque.

 

Colloque International

 

 

 

Céline et les arts

 

 

 

 

Paris, Espace Saint-Martin

29 juin – 2 juillet 2022.

Cette gravure, « Céline et la danse », est une eau-forte réalisée par Mme Christine Houssin, épouse de M. Didier Houssin qui communiquera lors de notre colloque. Elle l’offre généreusement à la SEC à l’occasion de ce colloque et nous la remercions sincèrement de ce beau geste parfaitement en conformité avec le thème de nos échanges : « Céline et les arts ».
© Christine Houssin 2022.

À NOTER

L’exposition sur les manuscrits retrouvés de Céline sera visible à la Galerie Gallimard jusqu’au 16 juillet, 30 rue de l’Université, Paris 7ème, du mardi au samedi de 13h à 19h. Il sera donc possible aux personnes assistant à toutes les séances du colloque de la visiter le samedi 2 juillet après-midi.

 

 

Le numéro 11 de la revue « Études Céliniennes » vient de paraître.

 

Vient de paraître :

 
Timothée Pirard
Céline décadent. De Nietzsche à la mystique
Paris : L’Harmattan 2022.

 

Pour plus d’information

Vient de paraître :

Jean Monnier
Elizabeth Craig raconte Céline. Entretien avec la dédicataire de Voyage au bout de la nuit

« Quel génie dans cette femme ! Je n’aurais jamais rien été sans elle. […] Elle comprenait tout avant qu’on ait dit un mot… Elles sont rares les femmes qui ne sont pas essentiellement vaches ou bonniches, alors elles sont sorcières et fées. » Si Céline avait une muse, aurait-elle pu s’appeler Elizabeth Craig ? Dans cette réédition d’un entretien paru en 1988, Jean Monnier nous livre les pensées intimes de la dédicataire de Voyage au bout de la nuit.

Préfacé par Pierre de Bonneville, auteur de Céline et les femmes, cet ouvrage nous place au cœur de la vie affective de Céline. À travers les yeux d’Elizabeth Craig, « l’Impératrice », le lecteur découvre Céline sous un jour nouveau. La relation intime qu’ils entretenaient, source d’inspiration immense pour l’écriture de Voyage au bout de la nuit, a connu des hauts et des bas. La part d’ombre de l’écrivain, consumé à petit feu par ses angoisses nées de la Grande Guerre, dont seule Elizabeth Craig pouvait mesurer la portée, est plus que jamais exposée dans cet ouvrage.

Entre la mort et la vie, les ténèbres et la lumière, Céline a produit l’œuvre de sa vie, « ce moment capital de la nature humaine » dont on fête cette année les quatre-vingt dix ans.

L’auteur

Écrivain et professeur, Jean Monnier a enseigné le français à l’université de Berkeley. Il est l’auteur d’Elizabeth Craig, une vie célinienne (Robert Laffont).

La collection

Dirigée par Émeric Cian-Grangé, « Du côté de Céline » est une collection qui a pour objet de contribuer, en dehors de toutes passions partisanes, à la connaissance et à l’exploration du continent célinien.

 

Les manuscrits de Louis-Ferdinand Céline retrouvés en 2021 donneront lieu en mai à la parution d’un inédit, Guerre, et à une exposition, ont annoncé mardi 29 mars les éditions Gallimard. Deux autres textes suivront. 

Le roman Guerre paraîtra le 5 mai dans la classique collection Blanche, dans une édition établie par l’historien Pascal Fouché et avec un avant-propos de l’avocat François Gibault, exécuteur testamentaire de l’écrivain et spécialiste de son œuvre. Gallimard évoque dans sa présentation de l’ouvrage « une liasse de deux cent cinquante feuillets révélant un roman dont l’action se situe dans les Flandres durant la Grande Guerre » et un « manuscrit de premier jet, écrit quelque deux ans après la parution de Voyage au bout de la nuit », soit en 1934.

« Céline, entre récit autobiographique et œuvre d’imagination, y lève le voile sur l’expérience centrale de son existence : le traumatisme physique et moral du front », ajoute l’éditeur.

 

Céline et la guerre 

Le futur écrivain, âgé de 20 ans quand éclate la Première Guerre mondiale, est resté marqué toute sa vie par les horreurs des combats qui l’ont grièvement blessé en 1914. Il dénonce dans Guerre un « abattoir international en folie », relève Gallimard.

Ce roman faisait partie d’écrits que Céline lui-même croyait à jamais perdus, après les avoir laissés dans son appartement parisien que ce collaborationniste et antisémite avait quitté pour l’Allemagne peu avant la Libération.

 

Une exposition en mai 

La maison d’édition de Céline prévoit par ailleurs une exposition intitulée « Céline, les manuscrits retrouvés », à la galerie Gallimard à Paris, du 6 mai au 16 juillet, avec pour commissaire l’universitaire Alban Cerisier.

Suivront à l’automne deux autres inédits, Londres, récit de son départ pour la capitale britannique en 1915, qui devrait être bien plus long que Guerre, et un conte médiéval, La Volonté du roi Krogold.

Enfin, en 2023, Gallimard compte faire paraître de nouvelles éditions du roman Casse-pipe, inachevé dans son édition connue jusque-là, et du tome III des romans de Céline dans la Bibliothèque de la Pléiade.

 

Vient de paraître :

 

Pauline Hachette,

 

Sous le signe de la colère.

Henri Michaux et Louis-Ferdinand Céline

 

Éditions Classiques Garnier 2022.

 

Visiter le site de l’éditeur

Vient de paraître :

Philippe Roussin,

Déshonneur et patrie : retour sur l’affaire Céline

En attendant Nadeau. Journal de la littérature, des idées et des arts.

15 décembre 2021.

Quatre mois après l’annonce de la redécouverte de manuscrits inédits de Louis-Ferdinand Céline transmis au journaliste Jean-Pierre Thibaudat, les éditions Gallimard préparent le début de leur publication pour 2022. Deux équipes éditoriales, menées par Henri Godard et Pascal Fouché, travaillent actuellement sur les textes finalement remis aux ayants-droit de l’écrivain mort en 1961, François Gibault et Véronique Chovin. Le chercheur Philippe Roussin, auteur de Misère de la littérature, terreur de l’histoire. Céline et la littérature contemporaine (Gallimard, 2005), fait le point sur cette affaire qui montre combien la France de 2021 a fait de Céline son écrivain national.

Consulter l’article sur le site du journal.

Disparition de Catherine Rouayrenc

Jean-Paul Louis lui rend hommage

Catherine Rouayrenc est décédée le 31 octobre 2021. Avec elle disparaît une chercheuse lucide, exigeante et libre, comme il en reste si peu, en linguistique comme en littérature, et une personnalité aussi discrète qu’attachante.

Professeur en linguistique française à l’Université Toulouse-Le Mirail, elle avait participé dès 1979 à plusieurs colloques Céline.

Elle a publié un « Vocabulaire populaire et argotique » dans Romans IV (Bibliothèque de la Pléiade, 1993), Les gros mots aux PUF (coll. « Que sais-je », 1996), ainsi que deux volumes aux Editions du Lérot, « C’est mon secret ». La technique de l’écriture populaire dans Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit (1994) et Trois romans trois guerres. 14-18 à travers argot et langage populaire (préface de Jean-Paul Colin, 2017).

Son travail méticuleux fait d’elle la première linguiste et lexicologue à s’être consacrée aux « secrets » du style de Céline, comme en témoigne également sa contribution « Céline poète : “La petite musique” », publiée dans Actualité de Céline (dir. A. Cresciucci, 2001). Elle avait entrepris, avec moi, un vaste travail de recensement du vocabulaire non conventionnel de Céline, dans toute l’œuvre y compris la correspondance, que sa disparition a interrompu brutalement.

Nouvelle parution:

Christophe Malavoy, L.-F. Céline. Les années noires.

Illustrations de José Correa. Éditions de l’observatoire 2021.

Voir l’annonce de l’éditeur

Le

19 novembre à 20h55 sur France 5

sera programmée une

émission portant sur Céline et la découverte récente de nouveaux manuscrits.

Dans cette émission, on pourra voir ces manuscrits et différents céliniens s’exprimeront tels que François Gibault, Véronique Robert, Yoann Loisel, David Alliot, Pierre-Marie Miroux et d’autres.

Nouvelle parution:


Sandra Vanbremeersch,

La dame couchée.

Seuil, 2021.

Texte de présentation de l’éditeur: De 2000 à 2019, une jeune femme a été l’assistante de vie d’une vieille dame tout sauf ordinaire, recluse dans sa propriété pavillonnaire de la ville de Meudon: Lucette Destouches, veuve de Louis-Ferdinand Céline. Voici le récit de ces années passées dans un monde à l’écart du monde, véritable plongée dans l’intimité de cette future centenaire dont la santé va déclinant, rythmée par le ballet des visites régulières des amis et de la faune gravitant autour de la Veuve, jusqu’aux animaux de compagnie, autres bestioles et spectres peuplant la mythique maison. Un premier roman écrit au cordeau, qui brosse le portrait tout en nuances de la femme d’un célèbre écrivain et restitue avec élégance et maestria un climat très singulier. Sandra Vanbremeersch est née en 1972. La Dame couchée est son premier roman.

Émile Brami sur les inédits de Céline :


« … je n’ai pas souvenir d’une telle découverte en littérature »


Interview sur France Culture


France Inter


Le Monde

À paraître en septembre 2021 :

Jean Narboni :

La grande illusion de Céline.

Éditions Capricci, 2021.

Vient de paraître :

Serge Kanony,

Céline à fleur de peau.

Préface d’Éric Mazet,

La Nouvelle Librairie, 2021.

Vient de paraître :

Julien Maurel,

Bréviaire amoureux de Louis-Ferdinand Céline,

AKFG Éditions, 2021.

Après Voyage au bout de la nuit, réédité chez Rowohlt en 2003, Hinrich Schmidt-Henkel vient de publier une nouvelle traduction allemande de Mort à crédit.

Nouvelle parution :

Yoann Loisel / Émeric Saguin, Le traumatisme de la Grande Guerre et Louis-Ferdinand Céline.

Préface d’Éric Mazet. L’Esprit du Temps, 2021.

Le premier juillet 1961, Louis-Ferdinand Céline mourut à Meudon.

« Maintenant là, […] à Meudon- Bellevue, on me demande plus rien… on me taquine un peu… mais à peine… je m’occupe pas des gens ! non plus !… »

D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957.

Vient de paraître :

Émeric Cian-Grangé (éd.),

Céline. Abécédaire & Compagnie,

Livr’arbitres, 2021.

PROCHAIN COLLOQUE :

23ème Colloque International

LOUIS-FERDINAND CÉLINE ET LES ARTS

à Bruxelles.

En raison de la pandémie, le colloque est reporté à juillet 2022

À paraître en juin 2021 :

D’un château l’autre

lu par Denis Podalydès

CD Audio dans la Collection « Écoutez lire » (21,90 €)

À voir jusqu’au 31 déc. 2022 :

Le musée MARKK à Hambourg retrace l’histoire de Duala Manga Bell – pour qui fut construit la fameuse « pagode » de Douala – dans le contexte du colonialisme allemand

Voyage au bout de la nuit, Gallimard, 1981, p. 142.

Le Palais des rois Bell, 1905, Douala, Cameroun.
Photographie de 2013.
© Creative Commons Attribution 3.0 Unported License

Annonce du décès de M. François Marchetti

M. François Gibault, Président de la Société d’études céliniennes, a le regret de vous apprendre le décès de M. François Marchetti, représentant de la Société au Danemark où il vivait depuis 1965. Professeur à l’Université de Copenhague, il était particulièrement au fait de ce qu’avait été la situation de Céline dans ce pays au cours de ses années d’exil. Il a écrit à ce sujet un ouvrage, en collaboration avec David Alliot, Céline au Danemark, paru en 2008 et avait collaboré au livre d’Helga Pedersen : Le Danemark a-t-il sauvé L.F. Céline ?. La Société d’études céliniennes exprime ses condoléances à ses proches et salue la mémoire de cet ami fidèle.

(14 avril 2021)