GUERRE : CÉLINE À HAZEBROUCK EN NOVEMBRE 1914

Par Pierre-Marie Miroux

Au moment où paraît Guerre, le premier des manuscrits retrouvés de Céline à être édité, il m’a semblé qu’il pouvait être intéressant de mettre à la disposition du plus grand nombre possible de lecteurs l’étude que j’avais publiée en 2014 dans un livre intitulé Céline : Plein Nord, tiré seulement à 200 exemplaires à l’époque.
Quand j’ai commencé ces recherches à Hazebrouck, le nom même d’Alice David, l’infirmière-major de l’hôpital auxiliaire d’Hazebrouck, n’était pas connu : la seule biographie où il en était très vaguement question était celle de F. Gibault où elle était mentionnée sous le nom d’Alice D… (Le temps des espérances, p. 153). Grâce à la publication, par les soins de V. Robert-Chovin, en 2009, dans Devenir Céline, de lettres anciennes adressées au jeune Louis Destouches, on a retrouvé les lettres qu’Alice lui avait envoyées, mais, dans un cas comme dans l’autre, les éditions Gallimard avaient préféré que ne soit pas cité son nom de famille. Il a donc déjà fallu retrouver son identité exacte, puis exhumer toute l’histoire de cette femme et de cette « ambulance », comme on disait alors, faisant renaître tout un pan très intéressant de la vie et de la société hazebrouckoises durant cette période. Ceci n’aurait pas été possible sans de bons connaisseurs de cette histoire que je remercie à la fin de cette étude, mais je tiens à redire particulièrement ici ma gratitude à Jean-Michel Sauss, professeur au Lycée St Jacques qui servit d’hôpital pendant la guerre, et à Jean-Pascal Vanhove, grand connaisseur de l’histoire locale.
Le Collège St Jacques d’Hazebrouck devenu Hôpital auxiliaire n°6 en 1914.
À droite, la petite entrée, aujourd’hui disparue, surmontée d’un paneau « Croix Rouge », par laquelle pénétraient les blessés. C’est par là qu’entra le cuirassier Destouches le 28 octobre 1914.
Le dortoir probable de Céline, salle Saint-Eustache dans Guignol’s Band et salle Saint-Gonzef dans Guerre.
À droite, cette même salle est devenue le centre de documentation du Lycée St Jacques.
Dans l’Avant-Propos qu’il a rédigé pour Guerre, F. Gibault cite mes travaux en me qualifiant de « célinien et chercheur de qualité », ce dont je le remercie, mais tout en commettant de légères imprécisions que je me permets de rectifier ici.
Il parle d’abord de Mme Hélène Van Cauwel (p.13) qui s’appelait en réalité, plus simplement, Mme Hélène Cauwel. Epouse du pharmacien Léon Cauwel, qui était en charge également de la pharmacie de l’hôpital auxiliaire, elle servit auprès d’Alice David comme soignante, car, à la différence d’Alice qui était une infirmière diplômée formée par la Croix-Rouge, elle n’avait pas de formation, comme la plupart des dames du Comité qui, sous l’égide de cette même Croix-Rouge, prirent en charge les blessés ou les malades qui leur furent confiés. C’est Alice David qui assura auprès d’elles une formation minimale. Sur son faire-part de décès sera d’ailleurs clairement indiqué son titre d’«Infirmière-major de la Croix-Rouge française ». Je suppose, mais sans certitude, que c’est Jacques Boudillet, co-auteur avec Jean-Pierre Dauphin de l’Album Céline dans La Pléiade, paru en 1977, qui, faisant des recherches en vue de cet Album, la retrouva vers 1975 ou 1976, quasi-centenaire puisqu’elle était née en 1877 (elle devait décéder en 1978). C’est par les confidences qu’elle lui fit que furent connus les sentiments amoureux d’Alice pour le cuirassier Destouches, d’après F. Gibault qui écrit, dans le texte cité plus haut, qu’« Hélène Cauwel rapporte que bien après le départ de Louis, Alice accoucha d’une fille dont la rumeur publique lui attribua la paternité. » Jacques Boudillet, s’il s’agit de lui, ayant ensuite disparu du monde célinien, nous ne saurons jamais exactement la teneur exacte des propos d’Hélène Cauwel, propos qui paraissent erronés maintenant, si elle les a vraiment tenus, à la lumière de mon étude et de Guerre, mais qui n’étaient pas dénués non plus de fondement comme l’ont montré les lettres d’Alice révélées en 2009.
Quoi qu’il en soit, rien ne permet de confirmer, d’après mes recherches, que, comme l’écrit F. Gibault dans son Avant-Propos (p. 13), « Hélène Cauwel reçut chez elle le maréchal des logis Destouches ». Je ne pense pas, personnellement, qu’il était en usage, chez les dames du Comité de la Croix-Rouge, de recevoir chez elles les soldats hospitalisés, même si une exception a peut-être été faite par Alice, par amour pour ce beau cuirassier, comme je l’explique dans mon article.
Nous savons, par contre, que c’est le dimanche 22 novembre 1914, que celui-ci fit sa première sortie de l’hôpital pour aller déjeuner chez M.et Mme Houzet de Boubers, ce monsieur étant le correspondant local de la Compagnie d’assurances Le Phénix avec lequel le père de Louis avait pris contact dès qu’il avait su que son fils était à Hazebrouck. Ce sont les Houzet qui accueillirent les Destouches quand ils vinrent rendre visite à leur fils du 30 octobre au 4 novembre 1914. Dans Guerre, les Houzet deviennent les Harnache et Céline y livre une évocation tout-à-fait imaginaire et burlesque de ce déjeuner. Il ne faudrait surtout pas se faire, d’après la caricature des Harnache, une idée de ces gens parfaitement distingués et serviables qu’étaient les Houzet de Boubers.
Hall de la maison des Houzet à Hazebrouck
Il est également deux autres petits points que je voudrais préciser à propos de ce que dit F. Gibault d’Alice David. « Elle a toujours vécu, écrit-il, dans une maison de famille qu’elle partageait avec plusieurs de ses frères dont l’un au moins était prêtre » (p. 14). Ceci n’est pas tout-à-fait exact, même si c’est sans grande importance. Alice était, en réalité, l’avant-dernière d’une famille de neuf enfants qui ne comportait que deux garçons : Georges (1864-1945) et Maurice, le dernier né (1875-1948), qui fut, en effet, prêtre, chanoine et professeur à la Faculté catholique de Lille. Il faudrait donc écrire plutôt qu’Alice a vécu « parmi ses sœurs », qui furent au nombre de six. Mais, en 1914, ne restaient plus à Hazebrouck que l’aînée, Gabrielle, célibataire, à laquelle s’était ajoutée Angèle, réfugiée là avec ses deux enfants, son mari, Augustin Deltour étant resté à Lille pour y exercer sa profession de marbrier. Hazebrouck, située sur le front, ne fut jamais occupée par les Allemands, alors que Lille le fut durant toute la durée de la guerre, ce qui empêcha le couple de se réunir.
Alice est au premier rang à droite, Maurice au premier rang à gauche. Gabrielle est la seconde au troisième rang en partant de la droite et Angèle la première à gauche au deuxième rang.
Enfin, si Alice fut effectivement élevée dans un milieu très catholique et si trois de ses sœurs devinrent religieuses, je me refuse, pour ma part, à la réduire, comme le fait F. Gibault, à une « vieille fille sentimentale et très religieuse, pour ne pas dire bigote. » (p.14). En effet, si son engagement tout au long de sa vie comme infirmière, fut fondé sur une foi profonde et fut une sorte de sacerdoce laïque, la qualifier de « bigote » revient à donner d’elle une image par trop réductrice. S’il est vrai que ses sentiments amoureux pour un jeune soldat plus jeune qu’elle de vingt ans tendent à la ridiculiser un peu – et cela fit jaser à l’époque, posant d’ailleurs problème à sa sœur Angèle, comme vous le lirez dans l’article qui suit – Alice était une femme de tête, plutôt « autoritaire » comme l’avait noté F. Gibault dans Le temps des espérances (p. 153) ; c’est elle qui prit en main cet hôpital auxiliaire d’Hazebrouck, n’hésitant pas à se heurter parfois au Dr Sénellart (transposé ici en  « Méconille ») et en fut la véritable animatrice tout au long de la guerre. Elle fut décorée à plusieurs reprises pour son action, et notamment de la Croix de guerre pour avoir secouru, en 1917, avec sa sœur Angèle, des blessés sous les bombardements à la gare d’Hazebrouck. D’ailleurs, si, dans Guerre, Céline en fait, sous les traits de « Mlle L’Espinasse », un portrait qui n’a presque rien à voir avec ce qu’elle était réellement, sauf quand il évoque sa piété, il écrit quand même à son sujet : « Décidément elle avait de l’autorité partout, c’était une puissante » (p. 63).
Photo de l’hôpital auxiliaire d’Hazebrouck prise en 1915.
Au centre, portant une barbe, le Dr Sénnelart (« Méconille »). À ses côtés l’abbé Hidden, supérieur du Collège St Jacques. À droite, l’abbé Deroo – sans doute l’abbé mentionné par Céline dans Guerre. 3ème en partant de la gauche, un visage en partie caché qui pourrait être celui d’Alice David, ou, sinon, celui de sa sœur Angèle qui servait aussi comme soignante. L’infirmière la plus proche des blessés est Mme Hélène Cauwel.
Ne réduisons pas à une figure outrageusement caricaturée par Céline, comme il a caricaturé dans Voyage les infirmières du Val-de-Grâce, ni même à une « vieille fille » enfermée dans une vison étroite de l’existence, Alice David dont le dévouement, notamment en 1914, pour ces soldats blessés fut si important et dont bénéficia au premier chef un jeune cuirassier de vingt ans, désemparé devant ce qui lui arrivait et qui trouva auprès d’elle, comme auprès de toute l’équipe de « l’ambulance », un réconfort dont il avait bien besoin.
Vingt ans plus tard, évidemment, devenu L.F. Céline, il s’affranchirait de ce vécu pour en donner une vision propre à celle de l’écrivain qu’il était devenu. Mais n’avait-il pas gardé, quand même, au fond de lui-même un reste de respect pour cette « Alice D. », comme elle signait ses lettres, dont l’anagramme forme le nom du sergent Alcide, un des rares personnages positifs de Voyage ? C’est une hypothèse que je formule, de façon sans doute un peu hasardeuse, dans cette étude dont je vous souhaite bonne lecture.
À gauche : Alice, son neveu et sa petite nièce, Catherine, en 1936.
À droite :  Alice, sa nièce par alliance et sa petite-nièce en 1939.
Je remercie Mme Catherine Thuault, née David, pour son accueil à l’île de Ré et la mise à disposition de ces documents familiaux.

 

 

Une partie de la tombe David à Hazebrouck : à côté du nom d’Alice, on distingue la gravure de l’insigne de la Croix de guerre.


Pierre-Marie Miroux 2022.